Roberto Basilio

Roberto Basilio est un portugais de 40 ans, aujourd'hui Directeur Financier de la division Dermocosmétique de L'Oréal en Amérique latine. Il a travaillé en France de 2010 à 2013 pour la même entreprise. 11 ans après sa formation en immersion dans la région de Cognac, il nous parle des avantages d'un programme d'immersion linguistique et culturelle et de l'importance de la culture dans le processus d'apprentissage d'une langue.

Roberto Basilio
Directeur Financier de L’Oréal pour la Division Dermocosmétique – Amérique Latine

Roberto, vous êtes portugais et parlez plusieurs langues. Qu’est-ce que l’apprentissage d’une langue selon vous ?

J’ai toujours aimé les langues. Ce que j’aime en particulier, c’est ce qui se trouve au-delà de la langue elle-même. Et pour moi, c’est ce qu’est l’apprentissage d’une langue. Je ne suis pas vraiment intéressé par l’apprentissage de la grammaire et des règles, etc. Je suis beaucoup plus intéressé par l’écoute et le mimétisme. J’essaie toujours de reproduire du mieux que je peux la prononciation et les expressions faciales de mon interlocuteur afin d’avoir l’air d’un vrai local. Mon processus d’apprentissage comporte en fait deux étapes. La première étape est l’analyse de ce que j’écoute et de ce que je peux voir, et la deuxième étape consiste à m’entraîner à reproduire tout ça. Mais le plus difficile, mais aussi le plus fascinant, est d’apprendre les éléments culturels implicites d’une langue !

En tant qu’expatrié travaillant pour L’Oréal, vous avez eu droit à une formation en français ici en France. On vous a proposé un bain linguistique avec des cours en immersion dans la langue et la culture françaises. Pouvez-vous nous expliquer le concept de ce programme ?

En fait, il s’agissait d’un stage en immersion d’une semaine complète dans la région de Cognac, dans le sud-ouest de la France. Le matin était consacré à l’apprentissage de la langue avec mon coach (vous ! 😊) et l’après-midi à des visites culturelles dans la région. Des dîners chez l’habitant faisaient également partie du programme. J’ai eu la chance de discuter d’un large éventail de sujets (politique, économie, voyages), le tout en français ! Il ne s’agissait donc pas seulement d’un cours de langue mais d’un cours en immersion linguistique et culturelle où j’ai également dû mener un projet culturel sur le Cognac et faire une présentation PowerPoint à la fin de la semaine devant une petite audience !

Après combien de jours avez-vous commencé à ressentir une différence sur le plan linguistique et culturel ?

Lorsque vous êtes littéralement entouré de Français, l’anglais n’est pas vraiment une option. Cela m’a obligé à pratiquer et mon coach m’a vraiment aidé 😊. Ce contexte est crucial pour une réelle assimilation de la langue. Je pense qu’à partir du 3ème jour, on commence à donner des réponses « automatiques » en français, même sans s’en rendre compte ! Vous apprenez à interagir avec les locaux et vous réduisez le temps de réponse lorsque vous allez au restaurant, lorsque vous saluez les gens le matin, etc. Vous commencez vraiment à sentir la différence… Et ça fait du bien !

À quoi le mot « culture » fait-il référence selon vous ?

Tout est culture : les codes, l’histoire, la nourriture, les habitudes, le milieu… Même les expressions faciales font, au sens large, partie de la culture… et sont très importantes quand on apprend une langue ! J’adore le « Pff » français quand quelqu’un est un peu en colère ou sceptique par exemple ou « Voilà » (here you are ou here is/are) ou « Euh… » (hem). Ces petites expressions font vraiment partie du processus de communication et codifient une interaction. Mais prendre sa salade verte avec son fromage. C’est aussi ça la culture française. Comme le fait d’être théâtral ou émotionnel lors d’une réunion ou d’être formel dans les e-mails. Les procédures sont également très françaises. L’humour est aussi une culture. Et l’humour français est plein de références sociales et de subtilités. Tout est culture ! Vraiment !

Alambic Cognac Charente

Pouvez-vous essayer d’expliquer l’importance de la culture dans le processus d’apprentissage des langues ?

Pour m’aider à comprendre la culture et à décoder certains comportements, j’utilise souvent la théorie de l’iceberg de la culture. Lorsque vous regardez un iceberg flottant sur l’eau, vous ne pouvez en voir qu’environ 10 %, la majeure partie se trouvant sous la surface. Si vous appliquez cette idée aux personnes, vous vous rendez compte que ce modèle est très utile pour nous aider à comprendre les comportements d’autres cultures. Dans la partie « visible », nous avons les modes de vie, les lois et les coutumes, les institutions, les méthodes, les techniques, les rituels et, bien sûr, la langue. Tout le reste (idéologies, croyances, désirs, hypothèses, attentes, valeurs, etc.) se trouve en fait « sous l’eau », mais il est très important de « plonger » pour avoir une vue d’ensemble ! Tout ce qui dépasse la langue peut être considéré comme de la culture et ne doit pas être différencié de la langue elle-même. C’est comme un package. Parler une langue sans en connaître les codes sous-jacents, c’est comme conduire une voiture sans freins. Vous pouvez foncer dans le mur sans le savoir ou avant même de vous en rendre compte ! Vous devez travailler avec votre coach sur les aspects culturels implicites de la langue. Cela fait partie du processus d’apprentissage et de toute bonne formation linguistique !

Pouvez-vous nous parler de votre expérience personnelle pendant ces 5 jours ? Cette expérience a-t-elle changé votre perspective en tant qu’expatrié ?

Oui, en effet. Lorsque vous arrivez dans un pays différent et que vous êtes immergé dans un cours comme celui que j’ai suivi, vous commencez à penser « ok, maintenant que je suis ici, devenons local ! ». Cela m’a donné l’occasion non seulement de m’améliorer très rapidement mais aussi de me familiariser avec mon pays d’accueil et de m’en imprégner totalement. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à agir et à réagir comme un local et à me sentir beaucoup plus à l’aise dans mon nouvel environnement. Et cela a toujours fonctionné ainsi pour moi. Je peux dire qu’après quatre ans en France, une partie de mon ADN est, et sera toujours, française !

Quels sont par conséquent les avantages directs de ce cours en immersion et de ce bain linguistique sur le plan personnel et professionnel ?

Cette immersion totale m’a donné tous les outils linguistiques et culturels pour mon adaptation future. J’ai été bien préparé pour faire face à tous les types d’interactions professionnelles et sociales. Ca a été comme un processus d’intégration accéléré pour moi. C’était vraiment utile. Sur le plan professionnel, j’ai immédiatement remarqué que, lors d’une réunion, j’étais beaucoup plus à l’aise dans mes échanges parce que je m’y étais exercé tout le temps pendant l’immersion.

Recommanderiez-vous cette formule de bain linguistique et de cours en immersion ?

Absolument ! J’ai passé une semaine merveilleuse ! L’assimilation de toute langue prend du temps et il faut être réaliste quant au processus d’intégration. Faire l’expérience de la langue dans des situations quotidiennes ou par le biais de visites culturelles aide beaucoup à prendre confiance, à faire tomber ses barrières et à vous donner la flexibilité nécessaire pour vous adapter à vos interlocuteurs. Un contexte réel vous donne mille fois plus de messages que ne le fait un environnement de classe traditionnel. C’est ça le vrai français ! Comme je l’ai dit, la culture fait partie du processus d’apprentissage. Une immersion axée sur les deux (un cours en immersion culturelle ET linguistique) est donc de loin la meilleure chose que vous puissiez faire pour être plus performant car à la fin vous arrivez non seulement à communiquer beaucoup mieux mais aussi plus efficacement !

Quel est votre meilleur souvenir ?

Mon meilleur souvenir vient des personnes que j’ai rencontrées et de leur générosité : Francis et Raymonde, un couple d’agriculteurs qui m’a offert une bouteille de Cognac maison de 1962 et qui m’a appris tout le processus de production 😊 – la visite de leur grande propriété, perdue au milieu des vignes et où l’on pouvait voir des vestiges de la guerre de 100 ans reste un souvenir incroyable ; mais aussi la famille qui m’a accueilli chez eux pendant le séjour et avec qui je suis devenu un expert des fameuses BD d’Angoulême, et tous les autres dîners avec les locaux où j’ai appris un peu de tout sur la France : la politique, la culture, l’Histoire… Ces souvenirs sont toujours gravés dans ma mémoire et j’espère pouvoir y retourner un jour !

Aujourd’hui, 11 ans plus tard, dans une nouvelle aventure d’expatriation en Amérique latine, quelle est votre vision sur ce cours en immersion et ce bain linguistique ; et qu’en retenez-vous ?

Je pense qu’il a vraiment déclenché mon processus d’apprentissage de la langue et je le recommande à tous mes collègues qui se sont récemment expatriés en France ! C’était une semaine intense, pleine de belles expériences, j’ai tellement progressé et je me suis senti beaucoup plus confiant après ! En plus on n’a pas l’impression d’apprendre une langue – ça vient naturellement ! Et selon moi, c’est le facteur clé !